Le groupe Lavorel développe l’œnotourisme et l’événementiel en Beaujolais avec l’acquisition du Château des Ravatys.

Temps de lecture : 5 minutes
Alors que le tourisme est en sommeil, hélas pour de longs mois encore, Jean-Claude Lavorel, président du groupe éponyme, vient de faire l’acquisition du château des Ravatys à Saint Lager. Il reçoit The Mag’ pour exposer à nos lecteurs ce qui a motivé son choix .
caveau château des Ravatys - THE MAG' magazine local lyon et rhône

« Nous visitons des domaines depuis une bonne quinzaine d’années, dans le Bordelais, en Bourgogne, dans la vallée du Rhône ou en Provence, mais je souhaitais prendre le temps de trouver un domaine qui réunisse plusieurs conditions : Un vignoble suffisamment grand, mais pas trop, avec une appellation, connue et reconnue, des vignes de qualité et en bon état, le tout intégrant des bâtiments adaptés au tourisme et à l’événementiel.

château des Ravatys - THE MAG' magazine local lyon et rhône

Je connaissais déjà le château des Ravatys pour avoir participé à une manifestation caritative pour des enfants atteints de cancers. Nous avions fait venir de belles voitures de collection et ils avaient pu être, le temps d’une journée, les co-pilotes de ces voitures qui leur avaient permis de sortir de leur quotidien. Leur émerveillement au cours de cette journée magique était accentué par le cadre exceptionnel du lieu.  Lorsque j’ai su que ce domaine était à vendre, nous avons rencontré les équipes de l’institut Pasteur et sommes tombés sous le charme. Le château est un écrin accessible par une entrée cavalière majestueuse bordée de platanes, il est doté d’un vaste et beau cuvage, la magnifique orangerie et le parc avec ses séquoias et ses cèdres centenaires sont adaptés aux événements festifs. Il intègre également la forêt de cèdres bleus sur le mont Brouilly, un des sites majeurs du Géoparc Beaujolais classé à l’UNESCO. Le domaine a un potentiel énorme que n’exploitait pas l’institut Pasteur car le vignoble, l’œnotourisme et l’événementiel n’étaient pas leur vocation. »

L’hôtellerie de luxe, le tourisme d’affaire et l’événementiel sont votre cœur de métier, quels investissements prévoyez-vous pour intégrer le château des Ravatys dans cette offre ?

« Nous souhaitons développer l’événementiel et le l’œnotourisme et structurer l’offre. Pour ce faire, nous avons programmé des travaux de mise aux normes actuelles et la climatisation des pièces de réception, Nous prévoyons également d’aménager de nombreuses surfaces en chambres d’hôtes. L’objectif n’est pas de faire de l’hôtellerie mais d’être capables d’offrir une centaine de couchages confortables adaptés aux mariages, aux événements familiaux et d’entreprises, et de permettre à nos hôtes de ne pas avoir à choisir entre boire ou conduire.

Toutes les équipes du groupe pourront commercialiser l’offre de mariages, de week-ends et de séminaires. Le domaine du château des Ravatys à également l’avantage d’être à 30 minutes de Lyon, et me permettra, ainsi qu’à mes équipes, de nous impliquer et de participer activement au développement de sa notoriété.

Nous souhaitons également valoriser notre production de Brouilly et Côtes de Brouilly qui n’a pas à rougir de sa qualité. Sur les 29 hectares du domaine, un tiers est déjà en bio, nous envisageons de développer un peu le bio, voir d’évoluer vers la biodynamique, et d’investir dans la promotion et la commercialisation de nos vins en nous appuyant sur nos établissements hôteliers et nos restaurants. »

Quelles sont vos échéances pour ces aménagements ?

Salle intérieur château des ravatys - Magazine THE MAG'

« Nous n’avons pas de calendrier ni d’échéance. Les 10 établissements du groupe et la compagnie de bateaux sont fermés, avec un chiffre d’affaire à zéro et aucune visibilité sur le redémarrage de l’activité tourisme, ni sur celle de l’événementiel. Il faudra attendre que les entreprises se soient refait une santé, c’est-à-dire dans de nombreux mois… Nous devons malgré tout rester optimistes. Le groupe Lavorel compte 350 salariés en CDI, dont 90% en chômage partiel, que nous passons notre temps à rassurer. L’économie va forcément repartir un jour, nous tiendrons jusque-là, le groupe en a les moyens, mais la prudence nous oblige à réfléchir mûrement et à attendre de voir comment se passent les semaines et les mois à venir. »

Certains vous ont interrogé sur votre stratégie qui semble ne pas suivre une ligne précise. Que leur répondez-vous ?

« Ma stratégie de combiner tourisme de Luxe à Courchevel, Annecy et Bagnols, de clientèle d’affaire avec le Marriott à Lyon, de tourisme fluvial avec les bateaux lyonnais, de sport et d’événementiel avec le Kopster Hôtel dans l’enceinte du Groupama Stadium avec les séminaires et grands événements qui vont s’y dérouler, est une simple idée de bon sens qui m’a conduit à « ne pas avoir tous mes œufs dans le même panier ». Le tourisme de loisir et de proximité reprendra en premier car les gens auront besoin d’oxygène, mais le tourisme d’affaire, la clientèle internationale et les gros salons professionnels, les grands spectacles et événements sportifs ne reprendront pas avant 2022. Nous patienterons jusque-là.

Interview réalisé par Hervé Rocle – janvier 2021

Le châteaux des Ravatys – Saint Lager

Le château des Ravatys et ses annexes ont été construits au milieu du XIXème siècle par Auguste SOLET, un ingénieur polytechnicien originaire de Lorraine. Entrepreneur en travaux publics, celui-ci avait fait fortune en Algérie où il avait construit les viaducs de la ligne de chemin de fer Alger-Constantine. Son unique fils étant mort à la guerre de 1870, il adoptera sa nièce Mathilde COURBE à qui il va léguer toute sa fortune, dont le château des Ravatys. Celle-ci gérera elle-même le domaine viticole et obtiendra même une médaille de bronze au concours agricole de l’exposition universelle de 1900. A sa mort, en 1937, elle léguera tous ses biens à l’Institut Pasteur, dont le château des Ravatys avec ses 30 hectares de vigne. En 2002, le domaine s’est agrandi de vignes en Côte de Brouilly léguées par Madame Rampon d’Odenas, faisant alors du domaine un des plus importants domaines du Beaujolais.

Contributeur du magazine local THE MAG - Hervé Rocle
Par Hervé Rocle

Laisser un commentaire