Ralentir et se déconnecter : petit guide pour prendre le temps

Temps de lecture : 9 minutes

Privilégier du temps pour soi, pour ses proches et pour simplement avoir le temps de se reposer, de ne pas se sentir sollicité : ce sont des préoccupations dans l’ère du temps. Depuis le télétravail et notre mode de vie sédentarisé, nous réalisons de plus en plus notre dépendance à de nombreux stimulis quotidien. Parmi ces sollicitations quotidiennes : les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux, on adore. Vous nous connaissez, on aime partager au quotidien en tant que magazine, suivre l’actualité et avoir des « coups de cœurs virtuels » sur des initiatives, de belles histoires, etc. Nous vous partageons nos coulisses, et voulons vous apporter un point de vue hors des sentiers battus et de la presse d’actualité.

Mais au-delà de cela, nous avons réfléchi et vous partageons nos pistes pour se détacher de certains de ces « réflexes digitaux », pour une meilleure consommation.

 

Ⓒ Pexels – Cottonbro

Rythme effréné, charge mentale, périodes “chargées”… nous connaissons tous ces termes et avons tous ces moments dans l’année, chacun à notre manière, où l’on “se poserait bien”, après. Après parce que “là non ce n’est pas le moment”. Mais ce n’est jamais le moment. Aujourd’hui, profitons de cet article pour s’autoriser à dresser une petite liste (petite, il ne s’agirait pas de s’encombrer l’esprit davantage) de ce que l’on aimerait faire si on avait le temps. Et si on s’arrêtait de “faire” et que l’on ne faisait rien ? Prendre le temps de s’ennuyer, nourrir des instants de vide pour laisser place à d’autres moments naissants, à notre créativité… Sacrée décision, et provocation quand on sait tout ce qu’il existe dans notre société comme injonctions à être dans l’action.

Et surtout, il est difficile de ralentir et prendre du temps pour soi lorsque l’on est très sollicité. Un coupable tout désigné ? Vous le connaissez déjà, c’est votre smartphone !

Hyperconnexion et addiction au smartphone

L’addiction au téléphone et à ses notifications en continu est bien réelle. On s’endort avec, on se réveille avec. C’est une connexion constante, qui fait de notre smartphone un réel prolongement de nous ! Ses applications et algorithmes des réseaux sociaux sont d’ailleurs conçus pour : perte de notion du temps et scroll infini, sollicitation de notre ego, notre peur du manque ou notre besoin de validation sociale, stimulation par les émotions fortes et la nouveauté (pub, design, contenu personnalisé)…

Nombreuses sont les études psychologiques qui se sont penchées sur le sujet et sur les effets de cette addiction chronophage sur notre santé mentale, tous plutôt négatifs : perte de la concentration, sensation d’anxiété, dépression, troubles du sommeil et de la vue…

Pour prendre conscience de l’ampleur du phénomène de l’hyperconnexion, nous vous conseillons ces reportages et lectures :

  • La civilisation du poisson rouge (Petit traité sur le marché de l’attention), de Bruno Patino
  • « Derrière nos écrans de fumée » sur Netflix
  • « Pourquoi Instagram nous rend addict » ou toute la série documentaire « Dopamine » sur Arte (consultable sur YouTube).
  • Vous en connaissez d’autres ? N’hésitez pas à les suggérer en commentaires !

Le  Journal of Social and Clinical Psychology évaluait dans son étude à 30 minutes le temps maximum d’exposition aux réseaux sociaux et aux écrans, au-delà duquel apparaît une menace pour la santé mentale. On sait aujourd’hui qu’environ quatre étudiants sur dix sont accros à leurs téléphones, selon une étude du King’s College de Londres publiée dans la revue scientifique Frontiers in Psychiatry. Il s’agit donc également de montrer le bon exemple aux plus jeunes, qui sont considérés comme ayant le plus de risques de développer une véritable addiction et des effets négatifs sur la santé mentale.

Mais alors comment savoir si vous êtes accro à votre téléphone ? Premièrement, vous pouvez demander à vos proches. Si vous l’êtes, vous aurez en effet du mal à le savoir mais ceux qui vous connaissent pourront vous le faire remarquer. Deuxième option : faire des journées test “sans” et voir quelles sont vos réactions, vos habitudes, si le manque se manifeste et comment…

Mais alors, comment remédier à la connexion permanente et l’addiction au smartphone? Comment réussir sa cure digitale? Nos conseils :

  • Acheter un réveil : c’est la première solution qui vous permettra de vous lever et ne plus perdre de temps à être sollicité par votre smartphone au saut du lit.

  • Installer des applications ou même les fonctionnalités intégrées de notre smartphone qui se préoccupent de notre “bien-être”

  • Le droit à la déconnexion : savez-vous qu’il existe ? Dans le Code du Travail, il s’agit d’éviter les burn-out ou le surmenage lié à une trop forte sollicitation et donc d’avoir le droit à une séparation entre vie privée et vie professionnelle, sans que le digital lié à cette dernière s’immisce dans la vie des salariés.

  • Quand on est en terrasse, a un café, au restaurant : on le laisse dans le sac. Si besoin en sonnerie… on l’entendra sonner ! Et on reste attentif, réellement attentif à ce que nous communique notre interlocuteur, notre ami avec qui l’on se trouve.

  • Agir : on voit passer l’inspiration et l’information de manière quotidienne. Et on développe une frustration liée à notre propre manque de créativité : lié à la comparaison permanente que proposent les réseaux sociaux, ou encore lié simplement au manque de temps réel que nous avons, puisque nous le consacrons à ces réseaux numériques.
  • Profiter d’une “detox digitale” : ce moment sans téléphone, sans sollicitation est plus facile à réaliser lorsque nous sommes en vacances.

  • Se libérer l’esprit avant de toute contrainte importante : vous ne serez pas pleinement rassuré ni ne pourrez mener à bien votre cure si vous avez un besoin important d’être joignable ou si vous n’avez pas terminé quelque chose d’important avant.

  • Désabonner toutes les newsletters obsolètes ou des sites sur lesquels on ne se rend que ponctuellement : vous savez, celles des marques auxquelles on s’était abonne en 2017 « au cas où » mais que l’on n’ouvre jamais ? Hop, désinscription sur le petit lien en bas de mail à cette liste de newsletter, et le tour est joué ! Cela désencombre les boites mails (et donc les serveurs de stockage de données, très polluants) et notre esprit ! A la reprise ou la rentrée, avoir moitié moins de mails non lus sera déjà appréciable

  • Dans le même ordre d’idées, faire du tri dans vos applications : nous accumulons souvent beaucoup d’informations qui sont passées ou obsolètes, des fichiers en plusieurs versions… un tri servira aussi bien à prolonger la durée de vie de votre smartphone qu’à libérer votre esprit. Utilisez-vous vraiment ces 4 jeux mobiles différents ? Avez-vous besoin de ces 2 applications pour livraison de repas, au lieu d’une ? Si ce n’est pas le cas, c’est le moment de supprimer les applications que l’on consulte rarement (certains smartphones fournissent des statistiques, dont le résultat est assez étonnant). De quoi faire de la place pour des applications importantes, ou de la place tout simplement 🙂

  • Trier les comptes que vous suivez sur les réseaux : on sait dorénavant que les réseaux sociaux ont un fort impact sur la santé mentale, et notamment la santé mentale des plus jeunes. Si vous vous surprenez vous aussi à vous comparer aux autres, prenez le temps de faire le tri et simplement supprimer ces comptes qui ne vous correspondent plus du tout, qui vous font vous sentir moins sûrs de vous, etc.

  • Néanmoins le besoin de faire un break s’impose, il ne s’agirait pas de passer tout son temps devant son ordinateur ou son smartphone à faire du tri ! Le mieux est de s’y consacrer régulièrement, afin de ne pas être dépassé.

  • Prévenir que vous ne serez pas joignable et configurer des messages d’absence au travail : il est très facile selon votre boite mail de configurer un message d’absence. Il ne vous reste ensuite qu’à désactiver les notifications liées aux mails pendants vos congés !

  • Ne pas consulter les courriels du travail le week-end. On sait, on sait… vous l’avez déjà entendu. Mais pour autant, est-ce que vous le faites ? En prévenant gentiment vos collègues, en les habituant à ne pas répondre du tac au tac le dimanche dans l’après-midi, les habitudes se déferont, vous verrez !

  • Certaines applications sont tout de même très utiles lorsque l’on voyage. Si vous ne pouvez pas vous passer de votre smartphone pour des raisons pratiques (GPS, informations etc.), vous pouvez tout de même choisir de désinstaller vos réseaux sociaux (ils seront toujours là à votre retour)

  • Installez des applications pour vous aider : il en existe plein !

  • Garder les bonnes habitudes une fois rentré, tout au long de l’année. Sans pour autant tout couper, il s’agit de se garder des temps de déconnexion, des moments sans téléphone, et de conserver un œil averti sur la corrélation entre votre état physique, mental et le temps passé sur votre smartphone.

Attention, si vous prenez une décision radicale sans savoir pourquoi vous le faites réellement et donc avec une volonté amoindrie, il y a plus de chances que soyez frustrés et que vous ne réussissiez pas jusqu’au bout. Pour que cela n’arrive pas, interrogez-vous sur votre rapport au smartphone, à votre temps libre : quelle fréquence ? Quelle durée ? A quels moments de la journée ? Pourquoi ?

Dressez la liste du temps passé sur votre écran (la plupart des smartphones et applications vous indiquent ces données) et écrivez-les : à quoi pourriez-vous consacrer ce temps ? Plus de sommeil, de temps pour cuisiner, pour les loisirs, la lecture, le sport, la détente et le bien-être, les sorties… Vous y verrez vite les bénéfices !

Résultat ? Plus de temps pour nous : ce film que l’on voulait voir en famille, du temps pour notre séance de sport quotidienne ou bihebdomadaire, la lecture de cette nouvelle ou ce roman qui attend depuis des mois déjà, ce gâteau que l’on voulait cuisiner et surtout faire gouter à nos proches… Bref, la liste est longue ! Et ça tombe bien, les beaux jours s’y prêtent et nous invitent à lever notre nez de nos écrans pour profiter de la nature et ses bienfaits sur notre moral 🙂

De nombreux sites et blogs s’emparent du sujet, et il existe même des séminaires spécialisés et une lecture “Lâche ton téléphone ! Programme de détox digitale”, par Catherine Price, suivie d’un programme pour ceux qui ont besoin d’être accompagné dans cette démarche et de voir leurs efforts persister au-delà de la seule période de vacances.

Sources : https://rotek.fr/addiction-au-smartphone-enquete-statist/

http://detox-digitale.com

https://www.lepoint.fr/societe/etude-4-etudiants-sur-10-accros-a-leurs-telephones-portables-02-03-2021-2415943_23.php

Rédaction et communication

Laisser un commentaire