L’événementiel en France : à quoi ressemblera l’année 2021 ?

Temps de lecture : 6 minutes

A l’exception d’une courte reprise durant l’été et la rentrée 2020, généralement en France le secteur de l’événementiel est à l’arrêt depuis bientôt un an. THE MAG’ a interviewé deux professionnels pour prendre le pouls de la filière événementielle.

événementiel en France horizon 2021 - The Mag' magazine lyon et rhône
Quel horizon pour l'événementiel en 2021 ?

Pour les millions de salariés, entrepreneurs, petites et grandes entreprises qui vivent de l’activité événementielle, après la colère, l’heure est à l’inquiétude généralisée. Selon les chiffres de l’UPSE (Union des Professionnels Solidaires de l’Evènementiel) ce sont 55.000 prestataires qui sont en danger sans perspective pour l’année 2021.

Nous avons rencontré deux d’entre eux particulièrement présents et actifs sur la région de LYON : Yves RIOTON-LAFARGE, Président de Séminaires Business Events depuis 20 ans et plus récemment co-fondateur de l’association EVENT AGAIN !
Éric CHOLLAT, fondateur des salons Mer & Vigne dont la prochaine édition est programmée en Avril à la Tour de Salvagny.

Ces professionnels sont unanimes sur le fait que nous devrions être capables de continuer à travailler en adaptant nos protocoles à la situation.

Sera-t-il possible de se retrouver le temps d’un événement en 2021 ?

Il est encore impossible de savoir si les évènements pourront reprendre cette année, l’incertitude est plus que présente et l’inquiétude grimpe dans toutes les entreprises concernées par les interdictions ou les restrictions. Pour Yves Rioton-Lafarge « faire une projection sur 2021, c’est impossible, on reçoit trop d’informations variées et différentes pour se dire que c’est bon ». Organiser un évènement maintenant serait presque inconscient. La gestion de la crise à la semaine rend les projections impossibles même si « les gens restent lucides, ils savent que quand ça va redémarrer, ça redémarrera, pas dans tous les secteurs mais il faut rester optimiste ».  

Pour Eric Chollat, c’est tout ou rien « soit on ouvre le salon, soit on n’ouvre pas. Si on applique trop de restrictions (par exemple un stand sur deux) ce n’est pas viable ». Une incompréhension pour le directeur du salon, qui a déjà réalisé des évènements avec des protocoles strictes en octobre dernier : « tout le monde portait le masque et les produits étaient protégés alors que dans les supermarchés on peut toucher les produits ».

Dans l’événementiel, l’inertie est grande, on prépare son événement plusieurs mois à l’avance, parfois même un ou deux ans avant. Même si les restrictions étaient levées demain, le premier événement n’aurait probablement pas lieu avant plusieurs mois.

Le besoin de soutenir les entreprises en détresse est grand…. Hôtels, restaurants, prestataires mariages, traiteurs, agences événementielles, standistes, intermittents du spectacle… Les entreprises de l’ombre ont eu besoin de se constituer en association au cours des derniers mois pour être mieux représentés et soutenus au plus haut niveau de l’état.

événementiel en France horizon 2021 - The Mag' magazine rhône

Quelles solutions pour reprendre une activité au plus vite ?

Pour les professionnels de l’événementiel c’est encore trop compliqué de voir le bout du tunnel et d’espérer un retour des évènements. Les mots de Yves Rioton-Lafarge sont forts « Politiquement parlant, on est pieds et poings liés aux  décisions du gouvernement ».

Pour lui, il faut aider le marché à se projeter, encourager les entreprises à organiser des petits rassemblements et leur montrer que la sécurité est présente.

Le but d’EVENT AGAIN ! est la démonstration, il faut montrer au gouvernement qu’on peut organiser des évènements sécurisés. L’association a déjà réalisé des essais et a pour projet d’organiser un concert test de 500 personnes avec chaque personne testée auparavant. Un projet à défendre devant toutes les institutions pour envoyer un message de confiance aux membres du gouvernement ainsi qu’aux acteurs de l’événementiel.

En attendant, Yves Rioton-Lafarge appelle le gouvernement à aider le secteur : « Aidez-nous le plus longtemps possible, avec du chômage partiel, des reports de charge et des aides financières parce qu’on ne va pas pouvoir travailler normalement ».

Le digital peut-il sauver partiellement ou totalement le secteur de l’événementiel ?

Le propre de l’événementiel c’est de permettre aux gens de se rencontrer, de vivre ensemble un moment qui va marquer les esprits, de créer des souvenirs indélébiles, de faire passer un message à ses clients… Mais depuis pratiquement un an, les événements se vivent exclusivement en digital et si ce format peut convenir pour une conférence ou une réunion, le digital n’est pas la solution pour tous les événements même avec des applications de plus en plus modernes.

Dans un salon gastronomique comme « Mer & Vignes », difficile de vendre sans faire goûter les produits aux visiteurs. Éric Chollat a voulu essayer le système de Click&Collect à Lyon en novembre dernier, mais cela n’a pas été convaincant : « 25 exposants sur 90 se sont inscrits, le chiffre d’affaires était dérisoire, ça ne correspond pas à ce qu’on fait dans nos salons habituellement ».

Pour les rencontres business, Yves Rioton-Lafarge n’est pas non plus favorable au 100% digital d’autant plus que dans le cas du salon SBE, le climat est en berne aussi bien du côté de l’offre que de la demande. Il pense plutôt à des événements hybrides, c’est-à-dire certaines personnes en présentiel (souvent les organisateurs) et d’autres connectés à distance : « Les événements hybrides on y pense, mais il faut le faire ».

Selon la nature de l’événement, le digital pourrait partiellement sauver quelques événements mais pour la majorité des acteurs, le digital ne sera pas leur bouée de secours. Seul un retour à la « normale » permettra à l’énorme paquebot qu’est le secteur événementiel de ne pas prendre l’eau plus longtemps…

Logo event again - événementiel en France - The Mag' magazine lyon et rhône

L’association est née fin octobre 2020 lorsque plusieurs acteurs de l’événementiel se rencontrent pour réfléchir ensemble à comment défendre leur secteur. Le projet à continuer de s’accroître et un mouvement est apparu de manière assez spontanée.

Tous les quinze jours, et plus précisément les jeudis après-midi, une rencontre a lieu pour garder le contact entre professionnels de l’événementiel, souvent des petits acteurs qui n’ont pas forcément accès à toutes les informations importantes. Les réunions se font par visio-conférence, et une centaine de participants sont connectés, sans compter les personnes qui visionnent la réunion en Replay.

À chaque rendez-vous un invité est présent pour partager son expérience et soutenir les confrères, échanger les informations sur les différentes aides du gouvernement etc…

Margot LAURENT - Contributrice THE MAG' magazine gratuit lyon et beaujolais

Margot Laurent

Etudiante en journalisme

Contributrice du magazine local THE MAG - Prescilia Hadjout

Prescilia HADJOUT

Agence événementielle HERITAGE 1875

Laisser un commentaire