Comment le secteur culturel rebondit face au Covid-19 ?

Depuis maintenant plus de trois mois, la France est touchée par une des plus grosses crises sanitaires. De nombreux secteurs, comme le secteur culturel, ont dû stopper net leurs activités afin d’empêcher la propagation du virus. Salles de concerts, cinémas et musées ont fermé leurs portes. Désormais, il est temps de se réinventer pour que la culture ne disparaisse pas.

Mi-mars la France se retrouve entièrement confinée, les français doivent changer leurs habitudes. Impossible d’aller au cinéma, d’aller écouter un concert ou encore d’aller admirer une exposition. Le secteur culturel est frappé de plein fouet par cette crise sans précédent. Une aide de 22 millions d’euros est annoncée par le ministère. Celle-ci a pour but d’éviter la disparition des structures les plus fragiles. Des mesures pour les intermittents du spectacle ont également été mises en place. Toutes ces aides permettent à ce secteur de tenir le coup mais la culture en France a été mise en pause.

public et mains levées lors d'un concert

Les passionnés de ce secteur, tristes de ne plus pouvoir apporter aux français le divertissement qui leur est nécessaire, ont alors dû redoubler d’efforts pour se réinventer et permettre d’avoir un accès depuis chez soi. Le domaine de la musique a été l’un des premiers à réagir. Habitués aux diffusions en live de certains djs-sets, de nombreux labels et autres associations ont fait le choix d’offrir aux fans de musique une possibilité d’en profiter depuis chez eux. Mais, ils ne se sont pas arrêtés là. Ces lives musicaux ont pratiquement tous mis en place un système caritatif qui permet aux téléspectateurs de faire des dons en faveur du secteur culturel ou en faveur du corps médical. Prenons l’exemple de David Guetta (voir photo) . Le DJ le plus connu du monde a joué pendant 2 heures lors du live « United at Home ». Ce live diffusé en simultané sur Youtube, Facebook, Instagram, Twitter et Twitch, a permis une levée de fond de plus de 600 000€ au profit de différentes associations en faveur des soignants.

Les clubs du monde entier, inspirés par ces lives ont alors à leur tour voulu relever le défi : ramener la fête directement dans le salon des français. Le Sucre à Lyon, a été l’un des premiers à franchir le pas. Le rendez-vous dominical très prisé des lyonnais lors de leur soirée « Sunset Society », a été transformé en un concept « d’internet rave ». Celui-ci ayant pour but de « combattre la morosité ambiante en ne perdant pas de vue la culture et la musique tout en privilégiant la sécurité de notre public » raconte Pierre Zeimet, programmateur artistique pour Le Sucre pour actu Lyon.

joueur de guitare

Mais la musique n’a pas été la seule à se réinventer durant cette période. Les musées et autres lieux historiques français ont également permis une visite repensée : la visite virtuelle. Grâce à Google & Culture on peut désormais, depuis son salon, découvrir la galerie des glaces du Château de Versailles à 360° ou admirer les 390 œuvres exposées là-bas. De nombreux autres lieux emblématiques ont suivi la tendance et désormais, Le Louvre, les grottes de Lascaux ou encore la Tour Eiffel sont accessibles depuis nos canapés.

Le secteur culturel en perpétuelle évolution a, encore une fois, réussi à se réinventer face à une période bien compliquée pour les français. La musique, les musées et même les cinémas qui désormais se déroulent en plein air depuis nos voitures, permettent à tous d’avoir accès à ces moments primordiaux de notre quotidien.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Lucile Moraweck

Laisser un commentaire